Le vin de Bourgogne

La richesse et la complexité du terroir bourguignon, qui puise sa richesse au coeur de ses sous-sols, ont fait de lui un producteur de vin reconnu. Très tôt, dès le 1er siècle, des vignes sont cultivées dans la région. Des écrits attestent de leur présence dès 312. Par la suite, au XIème siècle, les moines de Cluny et Citeaux développent les travaux de la vigne et, sous l’impulsion des ducs de Bourgogne, au XV ème, les vins régionaux séduisent toute l’Europe. En 1936, le Morey-Saint-Denis obtient la première AOC du territoire. Aujourd’hui, la Bourgogne dénombre 100 AOC que l’on divise couramment en quatre catégories: les Régionales, les Villages, les Premiers Crus et les Grands Crus. Cela représente environ 3 % de la production du pays.

Les principaux cépages que l’on trouve sur ce véritable puzzle d’appellations sont le Pinot Noir, le Chardonnay et, à moindre échelle, le Gamay et l’Aligoté. La particularité bourguignonne s’exprime par la multitude de ses petites exploitations, appelé Climats qui dévoilent des vins aux caractères bien différents. Sur ce territoire restreint, à travers des promenades de dégustation, chacun pourra à coup sûr satisfaire ses exigences gustatives.

Produit dans l’Yonne, le Chablis fait sans doute partie des blancs secs les plus connus en France. Cultivé sur un sol calcaire, ses vins disposant de l’appellation Grand Cru proviennent des versants les mieux exposés au soleil.

Plus loin, sur les Côtes de Nuits, Jean Luc Aergerter, un producteur attaché à ses racines, produit un Pinot Noir, Nuits-Saint-Georges, dont la cuvée exceptionnelle de 1999 dévoile au nez un parfum de cassis ainsi que des notes épicées. En bouche il fait preuve d’un bel équilibre. On parle d’un grand vin lorsqu’il atteint une harmonie parfaite entre le fruit, l’acidité et le tanin.
Sur la Côte de Beaune, la réputation des Hospices fondés en 1443 n’est plus à faire. Chaque année, après la récolte, une enchère de charité attirant une foule d’amateurs permet de découvrir une production variée.

Enfin, en Saône et Loire, la Côte Chalonnaise et la ville de Mâcon, plus réputées pour leurs vins blancs en majorité issus du Chardonnay, ont permis d’asseoir la réputation de certaines AOC. A l’instar du Chablis, le Bourgogne Aligoté, le Mâcon Village ou encore le Pouilly-fuissé ont conquis les amateurs.

Par son histoire, la diversité de ses vins et le renouveau apporté par de jeunes producteurs pour élargir la gamme proposée et faire découvrir leur terroir, la Bourgogne se place comme un bastion incontournable de la viticulture française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *